Encyclopédie Larousse en ligne - Antoinette Fouque


	Encyclopédie Larousse en ligne - Antoinette Fouque

Enfance et jeunesse d’Antoinette Fouque

Dans les années soixante, Antoinette Fouque (Larousse) devient maman, elle prend à ce moment conscience des complications que doit affronter une femme quand elle doit assumer ses mission d'épouse et de maman alors qu'elle exerce un métier. De son enfance passée dans un environnement ouvrier, elle va garder jusqu'à sa mort un ancrage politique marqué à gauche. C'est dans la cité phocéenne qu'elle passe une enfance tranquille. Antoinette Fouque fait dans un premier temps des études en région PACA avant de choisir Paris pour des études de Lettres. Elle rencontre son époux alors qu’elle est étudiante.

Du MLF à l’Alliance des femmes pour la démocratie

Elle a fondé le Mouvement de Libération des Femmes avec le soutien d'autres militantes. Au début de la décennie 80, Antoinette Fouque s'envole pour les USA et se met en retrait du MLF. Le MLF est à cette époque victime de luttes internes et a de moins en moins de militantes. Le MLF a vu son sigle déposé à l'INPI pour prévenir un détournement par les partis. L’Alliance des femmes pour la démocratie voit le jour sous la houlette d’Antoinette Fouque à l'aube des années 90 à son retour d'Amérique.

Toute la production littéraire féminine du moment est proposée dans sa première librairie à Saint-Germain-des-Prés. Les librairies lancées par Antoinette Fouque restent ouvertes de 11 heures à minuit, il s'agit d'espaces d’échanges. Au début des années 70, elle lance Les Editions des femmes, et au même moment les Librairies des femmes à Paris, Lyon et Marseille.

Antoinette Fouque défend les femmes en luttes sur toute la planète

Lors d'une manifestation du MLF sous l'Arc de Triomphe, Antoinette Fouque clame : « Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ! ». Elle prend la défense de femmes en luttes comme la Kurde Leyla Zana, la Bangladaise Taslima Nasreen, la Catalane Eva Forest et la Birmane Aung San Suu Kyi. Cette grande dame s’éteint à Paris au début de l'année 2014. Elle avait auparavant reçu les plus prestigieuses distinctions nationales dont la Légion d'honneur. A l'ONU mais aussi dans le monde entier, Antoinette Fouque lutte pour la cause des femmes.

La créatrice de la féminologie

Antoinette Fouque imagine le mot "féminologie", dès lors qu'elle déteste les "-isme" qui, selon elle, réfèrent à une théorie. Elle a dirigé l'écriture du livre "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui rend hommage aux femmes qui ont fait avancé le monde depuis quarante siècles. La féminologie, l'écrivaine la détaille dans 3 ouvrages. Antoinette Fouque ne se reconnait pas dans l'existentialisme défendu par Simone de Beauvoir.